Champ de Mars

Baptisé en hommage au dieu romain de la guerre, le Champ de Mars est d’abord un terrain militaire et des manœuvres y ont lieu jusqu’à la fin du XIXe siècle. Pourtant, il est aujourd’hui possible d’y trouver aussi la présence de la paix.

A l’Ouest du Champ de Mars, l’allée Léon Bourgeois rend hommage à cet homme politique français et prix Nobel de la paix en 1920. Franc-maçon, député radical, plusieurs fois ministre ou président du Conseil, il publie en 1910 un ouvrage intitulé Pour une société des Nations. Partant du constat que les Conférences de paix de La Haye en 1899 et de 1907 n’ont pas tenu toutes leurs promesses, il y analyse les conditions de la paix. Pour lui, seuls le renforcement du droit international et la création d’une société des Nations peuvent permettre une paix véritable. Il sera en 1919 le premier président de la Société des Nations créée par le Traité de Versailles, et reçut pour cela le prix Nobel de la Paix l’année suivante.

Autre époque, autre histoire : le 25 octobre 1972 au matin, les Parisiens découvrent une soixantaine de brebis broutant l’herbe du Champ de Mars, à l’ombre de la Tour Eiffel. Ce sont les paysans du Larzac, un plateau de l’Aveyron, opposés à l’extension d’un camp militaire qui les ont montées dans la nuit à Paris. Leur but est de faire connaître à la France entière leur combat non-violent pour garder leur terre, que le ministère de la Défense convoite. Ces paysans, qui produisent par ailleurs le célèbre Roquefort, ont choisi l’action non-violente sous l’influence de Lanza del Vasto qui avait été en Inde en 1936 afin de rencontrer Gandhi et qui avait fondé, à son retour, la Communauté de l’Arche. Le soir du 25 octobre, la France entière put voir à la télévision les agents de police courir après les brebis pour les arrêter ! Le mouvement prit alors une dimension nationale et François Mitterrand, élu président en mai 1981, respecta sa promesse de campagne d’annuler l’extension du camp. Aujourd’hui, l’opposition au projet de construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, a fait naître un mouvement assez semblable.

Le Champ de Mars abrite également le Monument des droits de l’Homme, installé en 1989 à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française, pour rappeler la première Déclaration des droits de l’Homme et citoyen adoptée le 26 août 1789 à Versailles. Ce monument est une œuvre du sculpteur tchèque Ivan Theimer, qui a émigré en France en 1968.

Transports en commun
Métro 6 station Bir-Hakeim
RER ligne C station Pont de l'Alma ou Champ de Mars – Tour Eiffel
Vélib station n° 7025 2 avenue Octave Creard ou station n° 15071 36 rue de Suffren ou station n° 15105 84 rue de la Fédération ou station n° 7103 2 rue de Belgrade
Bus 69, 82, 87 arrêt Champ de Mars
Bus 42 arrêt Rapp-La Bourdonnais
Pour rejoindre l'étape suivante
9 minutes